Es-tu prt  mourir pour moi ?

C1_Rising.jpg


EN LIBRAIRIE
LE 17/09/2008


8,5x8,5 pouces
252 pages
34,95 $
978-2-89485-433-4

Bookmark and Share

L'histoire du Rising Sun

par Rouè-Doudou Boicel

LE LIVRE

Cet ouvrage est un bijou! L’histoire du club de jazz mythique le Rising Sun et de son fondateur nous offre une fresque inattendue du Montréal de la fin des années 1970. Des anecdotes incroyables et des photos inédites des plus grands du jazz savoureusement vécues et racontées par un auteur lui-même devenu une légende vivante du jazz.



Préfaces de Pierre Anctil, Dany Laferrière et Stanley Péan.

 

Rouè-Doudou Boicel

D'origine guyanaise, Rouè-Doudou Boicel s'est promené à travers le monde et a œuvré pour la francophonie et pour la promotion de la musique jazz, deux passions qu'il conjugue au quotidien. Ses écrits et ses peintures témoignent de son dynamisme et de sa personnalité hors du commun.

Du même auteur:

 

« L'histoire du Rising Sun est une pierre importante du patrimoine musical montréalais. [...], on plonge avec bonheur dans cette histoire sur la passion d'un homme pour la musique et sur la générosité de ceux qui la font. »
— Caroline Montpetit, Le Devoir.

« [...] Riche en photos et anecdotes ce livre est un bonheur. »
— Christophe Rodriguez, ICI.

« Il a rassemblé des anecdotes succulentes, des photos inédites des plus grands du jazz et du blues qui se donnaient rendez-vous à Montréal. [...]Le Rising Sun est entré dans la légende et Doudou Boicel voulait en partager la mémoire. »
— Manon Guilbert, Le journal de Montréal.

« Le Rising Sun était un endroit excitant. Man, Montréal était très excitant, avec un public de connaisseurs. J'aimais jouer là. Chaque fois que le Rising Sun faisait partie de notre tournée, tous les musiciens dans l'orchestre étaient enthousiasmés parce que lorsqu'on allait chez Doudou, on pouvait écouter toutes sortes de musique. Il n'existait aucune autre place en Amérique du Nord que l'on pouvait comparer à ce club. Peut-être en Europe. Chez Doudou, on pouvait vraiment se sentir chez soi. »
— Interview le 3 juillet avec Taj Mahal à Montréal par le journaliste Richard Burnett, Hour.