Es-tu prt  mourir pour moi ?

C1_Communiste.png


EN LIBRAIRIE
LE 10/09/1998

Essai
79 pages
9,95 $
2-89485-079-4

Bookmark and Share

Le manifeste du Parti communiste

par Karl Marx, Friedrich Engels

LE LIVRE

L’année 1998 marque l’anniversaire à la fois du Manifeste Refus global, rédigé par le peintre Paul-Émile Borduas et contresigné par une quinzaine de ses jeunes amis, et du Manifeste du Parti communiste, de Karl Marx et Friedrich Engels, le premier écrit il y a cinquante ans et le second, il y a cent cinquante ans.

Pour comprendre l’importance qu’a eue le mouvement communiste dans le monde moderne, cette nouvelle édition du fameux manifeste, qui allait faire prendre conscience aux « prolétaires de tous les pays » de la nécessité de s’unir, était nécessaire. Il est à souhaiter que les jeunes générations, celles qui croient toujours en un monde meilleur, en un ordre nouveau, lisent cet ouvrage qui n’appartient certes pas au passé: Changer la vie, changer la société ? Oui, plus que jamais !

L’historien François-Marc Gagnon, dans sa présentation fort judicieuse, situe le Manifeste dans une perspective historique tout en analysant le contexte social, politique et culturel où il a été écrit.

 

Karl Marx

Marx est né à Trier en 1818, durant une période de restauration politique, à l’époque où la Sainte-Alliance arrivait  peu à peu à supprimer, au nom de la légalité de la religion, les libertés gagnées durant la Révolution française. Bien qu’ayant fait ses études à Berlin, Marx obtint son doctorat en 1841 à l’Université de Jena. Son appartenance au Doktorclub, un cercle libéral de gauche, lui avait fait mauvaise réputation et avait nécessité son inscription à Jena. Sa thèse portait sur « Die Differenz der demokritischen und epikureischen Naturphilosophie » (« La différence entre les philosophies de la nature de Démocrite et d’Épicure »). À Berlin, il s’était associé à un groupe de jeunes hégéliens – Arnold Ruge, Ludwig Fuerbach, Max Stirner, Moses Hess et, plus tard, Friedrich Engels – et, sous leur influence, était devenu athée. Marx n’eut d’autre choix que de se rabattre sur le journalisme et la politique. Durant les années 1840, décennie durant laquelle il participera à la rédaction du manifeste communiste, Marx vécut successivement à Bonn, Paris, Bruxelles et Cologne, gagnant une expérience directe du capitalisme européen de son temps. Il est devenu le théoricien du prolétariat, comprenant l’énorme potentialité du mouvement ouvrier si on pouvait l’orienter, lui donner un espoir, ne serait-ce que dans la puissante utopie d’un monde sans classes. Marx finira ses jours à Londres, en 1883.

Du même auteur:

 

Friedrich Engels

Né à Barmen en 1820, Friedrich Engels était un compatriote de Marx. Il n’était que de deux ans plus jeunes que lui. Engels avait fait partie du groupe des jeunes hégéliens dans le cercle de Bruno Bauer à Berlin, à l’époque de son service militaire. Son père avait des intérêts dans une usine de Manchester et c’est sur le chemin de retour de cette ville anglaise qu’il s’arrêta dix jours à Paris et fit la connaissance de Marx. Cette rencontre fut le début de leur amitié et de leur collaboration pour la vie.

Du même auteur: