Es-tu prt  mourir pour moi ?

C1_Drogues.png


EN LIBRAIRIE
LE 01/01/2003

Essai
344 pages
24,95 $
2-89485-244-4

Bookmark and Share

Les drogues : les coûts cachés de la prohibition

par Line Beauchesne

LE LIVRE

Une véritable guerre a cours présentement contre certaines drogues déclarées illicites, principalement les drogues d’origines étrangères dérivées du cannabis, de la coca ou de l’opium, et, plus récemment, certaines drogues synthétiques ( fabriquées en laboratoire ) utilisées dans un cadre non-médical. Est-ce que cette guerre se justifie par l’efficacité de ses résultats en matière de santé publique ? Non. Pire. La guerre à la drogue augmente la sollicitation de consommation de drogues auprès des jeunes dans un marché noir où tout circule librement et aisément; de plus, les produits offerts ne bénéficient d’aucun contrôle, ce qui augmente les risques reliés à leur consommation. Pour comprendre ce qui maintient en place cette prohibition malgré qu’elle constitue un désastre en santé publique pour prévenir les toxicomanies, l’auteure en explique l’origine aux États-Unis et ses répercussions au Canada, afin de montrer les intérêts économiques et politiques des États dans le maintien du marché noir des drogues. Ce marché, implanté par les pays occidentaux lors de la colonisation, puis, avec la prohibition, soutenu plus discrètement par les services secrets, échappe de plus en plus à leur contrôle ces dernières années. Le résultat de cette situation est que cette guerre à la drogue permet la prospérité et la stabilité d’une économie parallèle importante qui menace à bien des égards les fondements démocratiques de l’État-Nation et perpétue intentionnellement les inégalités Nord-Sud. Pourquoi la population ne réagit-elle pas davantage à cette situation ?


Pour répondre à cette question, l’auteure identifie les principaux messagers de la prohibition et analyse leur discours. Elle démontre comment certaines bureaucraties et industries, et non seulement les grandes organisations criminelles, s’enrichissent avec la prohibition. C’est ainsi que la population accepte les nombreux contrôles issus de cette industrie de la répression : criminalisation, programmes de dépistage, prévention par la peur, etc.


Elle conclut en montrant l’urgence de sortir de la prohibition, urgence tant pour la santé publique que pour la démocratie.

 

Line Beauchesne

Docteure en Sciences Politiques, spécialisée en philosophie du droit et de l’État, et professeure titulaire au département de criminologie de l’Université d’Ottawa, Line Beauchesne œuvre depuis vingt ans dans le domaine des politiques en matière de drogues pour en arriver à une meilleure prévention des usages problématiques. Elle a produit de nombreux ouvrages, articles et conférences sur la question et sa renommée est internationale. Elle est membre fondatrice de la Fondation canadienne pour une politique sur les drogues, membre du C.A. de CACTUS à Montréal, membre de l’AQPRT (association québécoise pour les personnes ayant des difficultés reliées à la toxicomanie) et, pendant de nombreuses années, fut membre du Conseil d’administration de l’AITQ (Association des intervenants en toxicomanies du Québec).

Du même auteur: