Es-tu prt  mourir pour moi ?

C1_LeCiel.png


EN LIBRAIRIE
LE 01/01/1999

Roman
496 pages
18,95 $
2-89485-072-7

Bookmark and Share

Le ciel de Québec

par Jacques Ferron

LE LIVRE

La petite ville de Québec — de la Haute-Ville au village mal famé des Chiquettes — sert de décor prestigieux au grand roman d’époque où le non moins grand romancier, Jacques Ferron, fait revivre un nombre incroyable de figures marquantes de l’Église, de la politique, des lettres et des arts.

Chronique humoristique et cruelle des années 1937-1939, roman épique et baroque — où défilent Duplessis, l’écrivain Saint-Denys Garneau, le peintre Paul-Émile Borduas, un bishop anglican, un monseigneur catholique, un Sauvage tourmenté travesti en Sauveur et tant d’autres personnages sortis tout droit du ciel et de l’enfer ferroniens, Le ciel de Québec fait revivre l’atmosphère carnavalesque qui prévalait à cette époque d’avant la Révolution tranquille — qui tarde et tarde mais qui est néanmoins annoncée par plusieurs événements prémonitoires, alors que le clergé, qui exerçait un pouvoir déterminant sur la vie des citoyens, marchait main dans la main avec les politiciens en place. Œuvre romanesque imposante, nécessaire, para-historique, entreprise prométhéenne et déroutante qui démystifie notre histoire et tente de comprendre la société québécoise en déjouant les censures, Le ciel de Québec aurait dû mériter à son auteur le Prix Nobel de la littérature, selon l’écrivain Victor-Lévy Beaulieu.

Cette nouvelle édition, avec ses nombreuses notes explicatives, s’imposait donc pour rendre justice à un auteur trop méconnu de notre littérature, un des plus grands écrivains du Québec.

 

Jacques Ferron

Médecin, écrivain et homme politique, Jacques Ferron est une véritable légende de la littérature québécoise.
Auteur polyvalent et prolifique, Ferron a abordé tous les genres littéraires, du théâtre à l'essai. Son style remarquable est au service d'une écriture socialement et culturellement engagée.

« Jacques Ferron est le seul romancier québécois qui ait tenté, tout au long d’une oeuvre maintenant essentielle, de nous donner une mythologie. Son écriture d’ailleurs hésite toujours entre le mythe et le réel, entre l’imaginaire, le rêve québécois et le quotidien. »
Victor-Lévy Beaulieu

Jacques Ferron a reçu entre autres le prix du Gouverneur général en 1963 pour ses Contes du pays incertain, le prix Duvernay en 1972 pour l'ensemble de son oeuvre, ainsi que le prix David, en 1977.

Du même auteur: